Quelques pensées saisies dans le silence de mes nuits.

 

Ma peau frôle l'obscurité, frémissement de l'opacité de l'air,

le bleu nuit s'aventure dans les craquelures du temps.

Le dénuement se dénoue dans les intervalles de l'absurde

Flottement, pensées en suspension, la rage s'apaise.

Reconnaître ma profondeur dans ce désert d'oubli

qui déssine des futurs à la lumière des papillons
.J'entrevoie d'autres ravissements, et m'endors sur une épaule invisible.

 

Instants de folie engloutie,

Les murs restituent l'écume mélancolique d'une vision sans raison.

La main s'est posée sur demain, fatiguée devant l'insaisissable.

Les bruits de passage transpercent des restes de vie.

Je lisse mes pensées sur la courbe des nuages, me réveiller, j'ai oublié.

Je cherche la rivière souverraine, la source cristalline, qui scintille dans mon coeur.

Que la grâce me soit accordée d"en retrouver le chemin.

 

.